Accueil > Méditons un peu > Apprends-nous à prier ! (2e partie)

Apprends-nous à prier ! (2e partie)

jeudi 14 avril 2016, par Sylvain

Poursuivons notre chemin à travers ce modèle de prière que le Christ nous a transmis !

… Qui es aux cieux !

Jésus rappelle ici que Dieu n’est pas de ce monde. Par conséquent, si nous sommes ses enfants, nous ne sommes nous-mêmes pas de ce monde non plus.

L’apôtre Pierre nous le rappelle par exemple dans sa première Epître :

Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme.

Car les enfants de Dieu sont appelés à vivre sur terre, pour y refléter l’amour de Dieu auprès de tous les hommes, en paroles et en actes, en recherchant sans cesse la communion au Père, individuellement et en communauté.

Et ce n’est donc pas pour rien que nous trouvons à de nombreuses reprises dans la Bible des exhortations à ne pas nous laisser séduire et emprisonner par les vanités de ce monde, qui nous éloignent de Dieu et nous empêchent d’êtres des hommes et des femmes accomplis.

Notre Père qui es aux cieux !

Que ton nom soit sanctifié ;

Le nom de ce Père que nous prions n’est pas un nom comme les autres, loin de là ! Nous devons le mettre à part, c’est le sens de ce verbe sanctifier. C’est-à-dire que nous avons à l’honorer et à l’aimer profondément.
Dans notre existence, ce nom est à placer au-dessus de tout autre nom. Rien n’est plus grand et plus important que Dieu dans l’univers et donc dans nos vies.
Et ce Dieu, créateur des cieux et de la terre, comme nous venons de le dire, nous a offert et nous offre encore, par amour, le pouvoir de devenir ses enfants.
Je crois qu’il est bon de réaliser cela pleinement, tout particulièrement lorsque notre propre personne, ou que ce que nous faisons, a tendance à prendre trop de place dans notre vie.

Que ton nom soit sanctifié ;

Que ton règne vienne ;

Ce mot « règne » nous rappelle que Dieu est souverain, qu’Il est le roi de tout ce qu’Il a créé.

Mais faisons un petit saut dans le passé :
Dès le commencement, tandis que Dieu avait confié à l’homme la gouvernance de ce monde selon quelques règles fondées sur la confiance et l’amour, l’homme a abandonné ce rôle à celui qui avait su, par ruse, trouver le chemin de sa convoitise et qui, depuis ce moment-là, domine ce monde en cultivant avec grand succès notre égoïsme, notre injustice, notre attachement à l’argent et à toutes sortes de pouvoirs iniques.

En disant : « Que ton règne vienne » nous en appelons à la venue du règne de Dieu dans ce monde, mais comprenons bien que cela doit passer par nous qui nous réclamons du Christ.
Alors, comment laissons-nous Jésus régner sur nos propres-vies ? À quels domaines de notre existence Lui confions-nous vraiment les commandes ?

Que ton règne vienne ;

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Cette phrase découle tout naturellement de la précédente. Car l’accomplissement de la volonté du Père sur la terre passe par l’élan et la disposition que mettent ses enfants à en être les instruments.

Lorsque nous formulons cette requête nous demandons au Seigneur de nous aider à accomplir cette tâche le plus fidèlement possible.
Et si nous sommes enfants de Dieu, nous avons alors le désir d’être le plus au clair possible sur la volonté de notre Père. Et pour cela, il n’y a pas de secret, il nous faut passer du temps avec lui, dans la prière, il nous faut apprendre à le connaître et à l’aimer toujours plus en nous imprégnant de sa Parole révélée dans la Bible par le Saint-Esprit, et nous appliquer à mettre en pratique ce que le Christ nous enseigne.

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien ;

Dans cette demande, nous exprimons à Dieu notre dépendance par rapport à ce qui nous est indispensable pour vivre : évidemment le pain pour le corps, mais aussi la nourriture pour notre âme que constitue Sa Parole.
Souvenons-nous de la réponse du Christ au tentateur dans le désert, en Mathieu 4 : « Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu »
Et rappelons-nous aussi la nécessité de notre attachement constant au Christ qui en Jean 6 nous dit : « Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

Le mot : « quotidien » qui clôt cette phrase nous rappelle le besoin de renouveler cela en nous chaque jour que Dieu nous donne.

Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien ;

Bien à vous et à bientôt.