Accueil > Méditons un peu > Elire un président

Elire un président

samedi 12 novembre 2016, par Sylvain

Une grande partie de la planète tourne ses regards vers les Etats-Unis d’Amérique, tout un chacun y allant de ses déclarations de consternation, de haine ou de grande satisfaction. Déclarations qui, quelles qu’elles fussent, mériteraient quelques approfondissements quant à leur fondement et une analyse des matériaux qui en font la substance...

Je suis tombé ce matin sur un passage du livre du Deutéronome [1] qui je crois nous rappelle à nos responsabilités d’électeurs et de leaders (à tous les niveaux), et qui fait monter à nos narines le relent des difficultés dans lesquelles nous pouvons nous mettre lorsque nous oublions ou refusons d’écouter les instructions du Seigneur.
Je le reproduis ci-dessous sans autre commentaire, nous laissant ainsi nous en imprégner et le faire murir dans nos cœurs et nos esprits, en nous posant quelques questions à propos des mots ou des phrases qui sucitent en nous une réaction et – comme chaque fois que nous abordons un texte biblique – en gardant toujours bien à l’esprit que Dieu est Amour et qu’il désire le meilleur (le vrai meilleur) pour ses enfants.

À bientôt,
Sylvain

Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, lorsque tu le posséderas, que tu y auras établi ta demeure, et que tu diras : Je veux mettre un roi sur moi, comme toutes les nations qui m’entourent,
tu mettras sur toi un roi que choisira l’Eternel, ton Dieu, tu prendras un roi du milieu de tes frères, tu ne pourras pas te donner un étranger, qui ne soit pas ton frère.

Mais qu’il n’ait pas un grand nombre de chevaux ; et qu’il ne ramène pas le peuple en Egypte pour avoir beaucoup de chevaux ; car l’Eternel vous a dit : Vous ne retournerez plus par ce chemin-là.

Qu’il n’ait pas un grand nombre de femmes, afin que son cœur ne se détourne point ; et qu’il ne fasse pas de grands amas d’argent et d’or.

Quand il s’assiéra sur le trône de son royaume, il écrira pour lui, dans un livre, une copie de cette loi, qu’il prendra auprès des sacrificateurs, les Lévites.
Il devra l’avoir avec lui et y lire tous les jours de sa vie, afin qu’il apprenne à craindre l’Eternel, son Dieu, à observer et à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi et toutes ces ordonnances ;
afin que son coeur ne s’élève point au-dessus de ses frères, et qu’il ne se détourne de ces commandements ni à droite ni à gauche ; afin qu’il prolonge ses jours dans son royaume, lui et ses enfants, au milieu d’Israël.

(Deut. 17 : 14 - 20, traduction Louis Second)

Notes

[1du grec τὸ Δευτερονόμιον, tò Deuteronómion, la seconde loi, en hébreu דְּבָרִים Devarim, paroles