Accueil > Méditons un peu > Fire and forget !

Fire and forget !

samedi 9 mai 2015, par Sylvain

« Fire and forget ! » vous connaissez ?
Textuellement, « Tire et oublie ! » C’est une formule militaire qui désigne un système de guidage de missiles permettant, par exemple au pilote d’un avion de chasse, de s’attaquer à plusieurs cibles simultanées sans avoir à se préoccuper d’elles une fois ses missiles tirés.
Une véritable révolution dans le combat aérien.

Étrange entrée en matière, me direz-vous… et pourtant !

Il est un domaine central dans ma vie de croyant où il m’arrive malheureusement trop souvent de procéder selon ce principe du « Fire and forget ! ». Et ce domaine, c’est la prière.

Je peux par exemple avoir à cœur des situations difficiles, des sujets qui me touchent profondément et me mettre à prier pour eux, une fois, deux fois ou quelque fois. Mais, trop souvent, je me disperse et les oublie, pour me consacrer alors pour un temps à d’autres personnes ou situations, sans doute tout aussi urgentes ou graves, mais que je risque hélas de traiter de la même manière.
Autrement dit, je tire mes « missiles », sans trop me soucier de la direction initiale donnée ni de la distance de l’objectif. Il ne me semble pas que ce soit-là une façon efficace de prier.

EFFICACE ? Beuh ! On n’aime pas trop ce mot dans ce contexte spirituel. Sans doute parce que nous l’associons d’abord à une notion de rendement plutôt qu’au fait de produire un effet, ou de porter du fruit. Car franchement, lorsque nous demandons des choses dans la prière, nous espérons un résultat, un exaucement. Ce n’est pas pour nous donner bonne conscience, mais plutôt pour véritablement ouvrir un passage à l’action concrète de Dieu ici-bas et aujourd’hui, en nous impliquant nous-même.
N’oublions pas que la prière pratiquée avec foi et discernement est une arme puissante contre le mal quel qu’il soit.

Cela fait un peu moins de deux ans que j’ai commencé à réaliser l’importance de la persévérance dans la prière.

La persévérance : en grec, Proskarteresis et qui vient du verbe Proskartereo dont la définition est : Adhérer à quelqu’un, être son adhérent, être dévoué ou constant à une cause, être constamment attentif à, donner un soin incessant à une chose, continuer tout le temps dans un lieu, persévérer et ne pas faiblir, se montrer courageux pour, être d’un empressement constant pour quelqu’un.

Dans la Bible, nous trouvons diverses exhortations à persévérer (dans la foi, dans l’étude des Écritures, dans la prière, etc.). La persévérance est une chose importante aux yeux de Dieu, car elle est à la fois un témoignage et un moteur de fidélité et de confiance. La persévérance est aussi une sœur de la patience, une vertu primordiale pour notre croissance spirituelle personnelle et communautaire.
Et j’ajouterai que le carburant principal de la persévérance, c’est l’Amour.

Priez en tout temps par l’Esprit, avec toutes sortes de prières et de supplications. Veillez-y avec une entière persévérance. Priez pour tous les saints.
Eph 6 :18

Persévérez dans la prière, veillant en elle avec des actions de grâces ;
Col 4 :2

Mais au fond, pourquoi Dieu aurait-il besoin qu’on le prie avec insistance, qu’on le supplie, alors qu’il sait déjà ce que nous allons prier avant que nous ayons prononcé la première parole. Aimerait-il, comme le dit l’expression, « se faire prier » ?

Non, cela ne lui ressemble pas ! Il y a donc d’autres raisons. En voici une : lorsque nous prions, nous sommes appelés à le faire au nom de Jésus. Car ce ne sont pas directement nos paroles ou nos soupirs qui vont agir, mais Jésus par la sainteté de son nom.

Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.
Jean 14 :13-14

Or, pour pouvoir prier au nom (ou dans le nom) de Jésus, il nous faut réaliser ce que cela signifie et ce que cela implique. Car il ne s’agit naturellement pas juste d’estampiller nos prières de la formule consacrée : « Au nom de Jésus ! » pour leur donner une chance de plus d’être exaucées. Non, prier au nom de Jésus implique d’abord de s’appliquer à le connaître et à l’aimer toujours davantage. Mais aussi de cultiver une relation personnelle avec lui par la prière et l’étude des Écritures, ce qui petit à petit nous apprendra à discerner sa volonté et de prier conformément à cette dernière.

Fire and forget ! Tire et oublie ! Vous disais-je en ouverture de ce message. Eh bien, en guise de conclusion, j’aimerais vous laisser une autre métaphore militaire :

J’ai terminé ma « carrière » de sergent-major d’infanterie de montagne, dans une compagnie EFA .
E F A, ça veut dire : engins filoguidés antichars.
C’est la seule arme à ma connaissance avec laquelle le tireur doit pendant d’interminables secondes, dans une position assez inconfortable, continuer de viser sa cible, durant tout le vol du missile qu’il vient de tirer. Cela en bougeant le moins possible, car chaque mouvement de sa lunette de visée provoque une des corrections comptées et limitées de la trajectoire du projectile.
Un mouvement brusque au moment du tir ou trop de corrections aboutissent inexorablement à la perte du missile avant d’avoir atteint le but. Tiens, il y a aussi un mot grec pour exprimer ça : « Hamartia ». Mais nous en reparlerons une autre fois.

Bien à vous,

Sylvain